Skip links

Chaires et partenariats

La Fondation de l’ENS gère plusieurs chaires de recherche financées par des entreprises

L’apprentissage par la recherche constitue l’essence même de l’École : elle fait son identité et sa renommée. La recherche, la formation et l’innovation, intrinsèquement liées, sont vouées à prendre de l’ampleur dans les années à venir, et il s’agit, pour la Fondation, de s’assurer de leur pérennité. À ce titre, les financements des entreprises privées sont indispensables pour compléter ceux déjà reçus par l’École par le biais ses appels à projets divers, publics comme privés.

Chaires MHI/ENS en mathématiques et en physique

L’École normale supérieure et Mitsubishi Heavy Industries ont conjugué activités de recherche au plus haut niveau d’excellence et diffusion du savoir auprès des étudiants. Grâce au mécénat de Mitsubishi Heavy Industries, deux chaires ont été créées en 2016 sur une durée de cinq ans : une en mathématiques dans le domaine de l’analyse, la probabilité ou les systèmes dynamiques, portée par Dmitry Chelkak, qui a reçu le Prix Raphael Salem en 2014 ; l’autre dans le domaine de la physique des hautes énergies et de la cosmologie portée par Vyacheslav Rychkov.

Chaire Louis Vuitton/ENS en intelligence artificielle

La chaire scientifique Louis Vuitton – École normale supérieure en Intelligence Artificielle a été créée en 2017 et inaugurée le 12 avril 2018 par le Directeur de l’ENS, Marc Mézard et le Président Directeur Général de Louis Vuitton Michael Burke. L’objectif de cette chaire est d’établir une collaboration étroite entre Louis Vuitton et l’ENS dans le domaine de l’intelligence artificielle, en particulier dans le traitement de données par les méthodes d’apprentissage statistique et de vision artificielle.

Chaire Almerys en sciences des données et sécurité informatique

Le but de cette chaire de mécénat scientifique pluridisciplinaire portant sur les «Sciences des données et sécurité informatique», conclue en 2016 pour une durée de cinq ans, est de promouvoir des travaux de recherches afin de créer une communauté scientifique dans ce domaine à l’ENS. La chaire se veut être une plateforme d’échanges scientifiques et techniques permettant le développement de collaborations et de projets communs (orientés vers la sécurité informatique). Le responsable scientifique de cette chaire est David Naccache.

Chaire Abeona/ENS Intelligence artificielle et Justice

Cette nouvelle chaire de recherche a été mise en place pour une durée de trois ans renouvelable en partenariat avec la Fondation Abéona. Elle est portée par Gabriel Peyré, chercheur CNRS au Département de mathématiques de l’ENS, et a pour vocation d’inviter chaque année à l’ENS une personnalité experte dans les domaines liés à l’intelligence artificielle et ses impacts sociologiques, éthiques et scientifiques. Les activités de recherche portent spécifiquement sur les biais et l’équité en intelligence artificielle et donnent lieu à des séries de séminaires destinés aux chercheurs comme aux étudiants et personnalités extérieures.

A lire : Conférence inaugurale de la Chaire Biais et équité en intelligence artificielle – Abéona-ENS

Chaire Axa Géopolitique du risque

La Chaire sur la Géopolitique du Risque résulte d’un partenariat signé en décembre 2016, pour une durée de 10 ans, entre l’ENS, la Fondation de l’ENS et le Fonds Axa pour la Recherche qui la finance pour partie, à hauteur d’un million d’euros.
Le programme de recherche, porté J. Peter Burgess, Professeur titulaire de la chaire de Géopolitique du Risque AXA, s’articule autour de 6 thématiques (géographie humaine, religion, théorie et éthique de l’incertitude, médias, droit international et prise de décision), et développe de nouvelles méthodologies de compréhension et d’évaluation des risques.

Autres projets soutenus par les entreprises

La dotation Airbus finance actuellement le prix scientifique Rhadia Cousot. Ce prix est décerné chaque année par le président du comité de programme de la Conférence SAS (Static Analysis Symposium) pour le meilleur article décrivant les travaux d’un étudiant ou jeune chercheur ; il est dénommé le « Rhadia Cousot best young researcher paper award ».

Dans le cadre de son programme pour soutenir l’excellence académique, Google au travers de ce don contribue au projet de machine learning du Département d’informatique qui a pour vocation de développer des algorithmes d’optimisation pour l’apprentissage statistique.

Grâce au mécénat d’entreprise, Safran et la Société générale contribuent au financement du développement de la recherche, notamment sur les aspects de la recherche en cryptologie.